Le Grand Dièdre

Publié le par Roger

Le Grand Dièdre

Pour une première via ferrata de la saison, et en solo, mieux vaut choisir un site relativement facile. L'envie me titillait cependant de me confronter au Grand Dièdre, classé ED (extrêmement difficile), ce qui est loin d'être raisonnable sans véritable entraînement. En route donc pour St Hilaire du Touvet. Le sentier qui descend vers la gare intermédiaire du funiculaire puis remonte jusqu'au départ de la via est sec ce qui limite les risques de glissades. Il fait chaud dans la première partie qui mène à la vasque de la cascade de l'Oule. La rencontre d'un autre ferratiste qui vise également le Grand Dièdre me rassure un peu. En cas de problème, il vaut mieux ne pas être seul sur le site. Passée la vire à vélo les choses sérieuses commencent dans le dièdre qui part à la verticale avec très vite un surplomb suivi de nombreux dévers. Les bras et les mains souffrent et la dégaine est utile pour les reposer. Le vide sous les pieds est impressionnant.

Les parapentes tournoient le long de la falaise et la vue sur la chaîne de Belledonne, encore enneigée constitue un spectacle de choix.

L'arrivée à l'échelle des Martinets est un soulagement, si l'on n'a pas le vertige bien sûr, car elle s'écarte de la paroi au dessus d'un a-pic d'environ 200m. Quelques longueurs plus faciles permettent de rejoindre la vire des Lavandières puis l'échelle du Diable, également inversée mais moins impressionnante que celle des Martinets car la végétation masque le vide.

C'est enfin le chemin du retour qui passe par l'aire de décollage des parapentes.

C'était vraiment dur, mais je ne regrette rien pour cette première de la saison.

La vasque intermédiaire où rebondit la cascade de l'Oule, et, en face la chaîne de Belledonne encore enneigée.La vasque intermédiaire où rebondit la cascade de l'Oule, et, en face la chaîne de Belledonne encore enneigée.

La vasque intermédiaire où rebondit la cascade de l'Oule, et, en face la chaîne de Belledonne encore enneigée.

La vire à vélo mène au pied du Grand Dièdre où l'on est très vite confronté à un surplomb puis à des devers.La vire à vélo mène au pied du Grand Dièdre où l'on est très vite confronté à un surplomb puis à des devers.La vire à vélo mène au pied du Grand Dièdre où l'on est très vite confronté à un surplomb puis à des devers.

La vire à vélo mène au pied du Grand Dièdre où l'on est très vite confronté à un surplomb puis à des devers.

De l'échelle des Martinets la vue s'étend sur la chaîne de Belledonne et la vallée du Grésivaudan...mais il y a quelques 200m de vide sous les pieds.De l'échelle des Martinets la vue s'étend sur la chaîne de Belledonne et la vallée du Grésivaudan...mais il y a quelques 200m de vide sous les pieds.De l'échelle des Martinets la vue s'étend sur la chaîne de Belledonne et la vallée du Grésivaudan...mais il y a quelques 200m de vide sous les pieds.

De l'échelle des Martinets la vue s'étend sur la chaîne de Belledonne et la vallée du Grésivaudan...mais il y a quelques 200m de vide sous les pieds.

De retour à St Hilaire on peut assister au décollage des parapentes.

De retour à St Hilaire on peut assister au décollage des parapentes.

Publié dans via ferrata

Commenter cet article

christiane ch 09/05/2014 15:22

bravo aux courageux moi j'ai le vertige juste à regarder.Au 16 mai les pieds sur terre