La Vire des Lavandières

Publié le par Roger

C'est la première sortie du groupe via ferrata. Nous avons opté pour la vire des Lavandières à St Hilaire du Touvet, suite logique de mon escapade au Grand Dièdre. Nous sommes trois, il fait beau, même chaud. La descente le long du funiculaire est rendue délicate par le sol mouillé et la remontée jusqu'au point de départ est toujours aussi éprouvante.

La première partie de la via (la cascade de l'Oule) est commune avec celle du grand Dièdre. C'est une longue verticale parfois déversante qui amène à la grande vasque de la cascade. Il y a beaucoup d'eau, c'est comme un brumisateur géant qui nous trempe en quelques secondes.

S'ensuivent les traversées des différentes vires (les Lavandières, le Chemin de Ronde, le sangle Chourère) reliées par des verticales, voire un petit surplomb. Autour de nous tournoient les parapentes dont les sites de décollage sont juste au dessus de la via ferrata.

Enfin apparaît l'échelle de l'Enfer et le mur athlétique qui la domine et débouche sur la sortie après trois heures d'une progression tranquille.

A noter qu'à la suite de l'accident mortel d'un employé de maintenance causé par la chute d'un rocher cette via ferrata n'est plus accessible que dans sa partie haute, ce qui en limite l'intérêt.

La marche d'approche longe un temps la voie du funiculaire, traverse un torrent et laisse entrevoir la falaise où la via déroule son ruban d'acier.La marche d'approche longe un temps la voie du funiculaire, traverse un torrent et laisse entrevoir la falaise où la via déroule son ruban d'acier.La marche d'approche longe un temps la voie du funiculaire, traverse un torrent et laisse entrevoir la falaise où la via déroule son ruban d'acier.

La marche d'approche longe un temps la voie du funiculaire, traverse un torrent et laisse entrevoir la falaise où la via déroule son ruban d'acier.

Quelques fleurs comme l'accacia l'asphodèle ou une autre dont je n'ai pas le nom agrémentent la progression.Quelques fleurs comme l'accacia l'asphodèle ou une autre dont je n'ai pas le nom agrémentent la progression.Quelques fleurs comme l'accacia l'asphodèle ou une autre dont je n'ai pas le nom agrémentent la progression.

Quelques fleurs comme l'accacia l'asphodèle ou une autre dont je n'ai pas le nom agrémentent la progression.

Les points de vue sur le massif enneigé de Belledonne sont toujours aussi spectaculaires.Les points de vue sur le massif enneigé de Belledonne sont toujours aussi spectaculaires.Les points de vue sur le massif enneigé de Belledonne sont toujours aussi spectaculaires.

Les points de vue sur le massif enneigé de Belledonne sont toujours aussi spectaculaires.

Les parapentes tournoient au dessus de nos têtes.Les parapentes tournoient au dessus de nos têtes.Les parapentes tournoient au dessus de nos têtes.

Les parapentes tournoient au dessus de nos têtes.

La vasque de l'Oule et sa traversée.La vasque de l'Oule et sa traversée.La vasque de l'Oule et sa traversée.

La vasque de l'Oule et sa traversée.

Des murs à grimper.Des murs à grimper.Des murs à grimper.

Des murs à grimper.

Une traversée du torrent.Une traversée du torrent.Une traversée du torrent.

Une traversée du torrent.

Sur le sangle Chourère et l'échelle de l'Enfer.Sur le sangle Chourère et l'échelle de l'Enfer.Sur le sangle Chourère et l'échelle de l'Enfer.

Sur le sangle Chourère et l'échelle de l'Enfer.

Publié dans via ferrata

Commenter cet article