La Tête du Parmelan

Publié le par Roger

La Tête du Parmelan

"Incroyable ! Tu n'es jamais monté au Parmelan ? Il va falloir y remédier"...et Bernadette de mobiliser ses camarades de randonnées dominicales pour m'offrir cette première. Il faut dire que le Parmelan domine de sa masse imposante le petit village qui l'a vue naître et grandir...et faire ses premières bêtises... si l'on en juge par les souvenirs qui remontent du fond de sa mémoire.

C'est ainsi qu'en ce dimanche maussade, pluvieux malgré des prévisions météo favorables, nous prenons la route qui va nous amener à quelques kilomètres au nord d'Annecy. Bernadette est inquiète. Elle s'attendait tellement à une belle journée ensoleillée. Mais un vieux dicton que d'aucuns disent savoyard ne stipule t-il pas que la "pluie du matin n'arrête pas le pèlerin" ?

A Villaz nous rejoignons d'autres personnes dont la sœur de Bernadette et son beau-frère Raymond qui connait ce massif comme sa poche et va nous guider tout au long de la journée. C'est un de ses terrains de jeu favoris comme pour bon nombre d'Annéciens.

Il a cessé de pleuvoir et le ciel s'éclaircit. Le départ s'effectue à partir du parking du Bois Brûlé, au bout d'une route forestière (1169m). Une piste empierrée débouche sur un chemin parfois boueux qui amène à un embranchement où un choix s'impose : soit continuer à gauche par le Petit Montoir, soit à droite par le Grand Montoir. Cette dernière option emprunte un sentier aérien qui va serpenter à flanc de falaise, sécurisé par des chaînes ancrées dans la roche. Tout en haut on retrouve celui du Petit Montoir et l'on suit une large trace le long de lapiaz (roches calcaires travaillées par l'érosion) pour aboutir au chalet Camille Dunant, juste sous la croix qui marque le point culminant de la Tête du Parmelan (1832m). La vue s'étend très loin. Impossible de nommer tous les sommets et les vallées qui nous entourent. En l'absence d'une table d'orientation Raymond nous les détaille l'un après l'autre : les Dents de Lanfon et la Tournette, le massif des Bauges, le Salève, le Jalouvre avec le col de la Colombière, le plateau des Glières, les hauts de la Clusaz et bien d'autres encore. Le lac Léman s'étend au loin tandis que sous nos pieds apparaît celui d'Annecy. Un peu plus bas un monte-charges attire notre attention. Il y a une nacelle sur un cable qui descend dans la vallée, presqu'à la verticale. En attendant Bernadette, qui a pris un chemin moins raide avec sa sœur et une autre personne, nous allons faire un tour dans les lapiaz omniprésents dans ce secteur. Il y a des failles, des trous profonds dont un avec de la neige, le tout au milieu de dalles blanches striées, cernées par une végétation très fleurie.

Un pique-nique plus tard, au soleil et à l'abri du vent, agrémenté de denrées et boissons variées apportées par les uns et les autres et un café/dessert au chalet Dunant, c'est le moment de prendre le chemin du retour qui, cette fois, passe par le Petit Montoir. C'est plus long qu'à l'aller mais la pente est plus douce. On rejoint ainsi le chalet Chappuis (1251m) et quelques minutes plus tard le parking du Bois Brûlé où nous attendent des boissons fraîches apportées par Bernadette.

Une petite étape à Naves-Parmelan, chez Elisabeth et Raymond, pour déguster une tarte aux prunes et vient le moment de reprendre la route pour la Savoie.
Merci à Bernadette et à ses compagnons de randos pour cette excellente journée.

La Parmelan avec ses falaises abruptes.La Parmelan avec ses falaises abruptes.La Parmelan avec ses falaises abruptes.

La Parmelan avec ses falaises abruptes.

Un chemin escarpé vers le Grand Montoir.Un chemin escarpé vers le Grand Montoir.Un chemin escarpé vers le Grand Montoir.
Un chemin escarpé vers le Grand Montoir.Un chemin escarpé vers le Grand Montoir.Un chemin escarpé vers le Grand Montoir.

Un chemin escarpé vers le Grand Montoir.

Derniers mètres sur le plateau vers le chalet Camille Dunant. La nacelle sert à alimenter le refuge.Derniers mètres sur le plateau vers le chalet Camille Dunant. La nacelle sert à alimenter le refuge.Derniers mètres sur le plateau vers le chalet Camille Dunant. La nacelle sert à alimenter le refuge.
Derniers mètres sur le plateau vers le chalet Camille Dunant. La nacelle sert à alimenter le refuge.Derniers mètres sur le plateau vers le chalet Camille Dunant. La nacelle sert à alimenter le refuge.Derniers mètres sur le plateau vers le chalet Camille Dunant. La nacelle sert à alimenter le refuge.

Derniers mètres sur le plateau vers le chalet Camille Dunant. La nacelle sert à alimenter le refuge.

Au sommet Raymond apporte sa pierre au cairn.Au sommet Raymond apporte sa pierre au cairn.Au sommet Raymond apporte sa pierre au cairn.

Au sommet Raymond apporte sa pierre au cairn.

Il détaille pour nous le paysage...des dents de Lanfon au lac d'Annecy...Il détaille pour nous le paysage...des dents de Lanfon au lac d'Annecy...Il détaille pour nous le paysage...des dents de Lanfon au lac d'Annecy...

Il détaille pour nous le paysage...des dents de Lanfon au lac d'Annecy...

Dans les lapiaz, des trous, de la neige, des failles, des dalles, l'étrange empreinte d'un pied.Dans les lapiaz, des trous, de la neige, des failles, des dalles, l'étrange empreinte d'un pied.Dans les lapiaz, des trous, de la neige, des failles, des dalles, l'étrange empreinte d'un pied.
Dans les lapiaz, des trous, de la neige, des failles, des dalles, l'étrange empreinte d'un pied.Dans les lapiaz, des trous, de la neige, des failles, des dalles, l'étrange empreinte d'un pied.Dans les lapiaz, des trous, de la neige, des failles, des dalles, l'étrange empreinte d'un pied.

Dans les lapiaz, des trous, de la neige, des failles, des dalles, l'étrange empreinte d'un pied.

Encore des fleurs et un solide pique-nique avant de redescendre.Encore des fleurs et un solide pique-nique avant de redescendre.Encore des fleurs et un solide pique-nique avant de redescendre.

Encore des fleurs et un solide pique-nique avant de redescendre.

Publié dans Randos estivales

Commenter cet article