Le Crêt du Rey.

Publié le par Roger

Le Crêt du Rey.

Ce sommet escarpé, qui culmine à 2633m en plein massif du Beaufortain, tiendrait son nom de notre royal Vert Galant qui, lors de son passage dans cette contrée, ne se serait pas seulement contenté d'honorer les beautés locales, au point, dit-on, de laisser derrière lui une nombreuse descendance. En fait, en octobre 1600, ses soldats auraient combattu les troupes savoyardes qui n'entendaient pas laisser envahir leur territoire par les Français. Cette bataille aurait eu lieu au Cormet d'Arêches (2109m), soit justement au pied de cet éperon rocheux qui aurait ainsi pris le nom de "Crêt du Rey".

C'est là aussi que débute notre randonnée. Depuis Arêches une petite route monte jusqu'au barrage de St Guérin puis se prolonge jusqu'au lac des Fées avant de se transformer en une piste caillouteuse qui nous amène au Cormet. Le sentier du Tour du Beaufortin que l'on emprunte vers le sud traverse une zône marécageuse (des mouilles). Nous le quittons alors pour un vague passage dans les prairies qui monte vers la crête sous le Crêt du Rey. Après quelques hésitations nous nous retrouvons au pied de l'arête terminale avec un fort vent du sud qui tend à nous déséquilibrer. La montée finale est assez impressionnante le long d'un sentier étroit qui chemine entre les rochers avec le vide de chaque côté. C'est avec soulagement que nous parvenons à la croix sommitale (photo ci-dessus) où s'ouvre un panorama à 360°.

Notre périple se poursuit vers l'ouest, toujours en suivant une crête rocheuse que nous laissons quelques dizaines de mètres plus loin pour descendre dans une combe herbeuse sous le col de Corne Noire où niche un petit lac en forme de coeur (lac du Grand Gau), dominé par la Pointe de Combe Bénite.

C'est là que nous pique-niquons avant de remonter au col de Corne Noire puis de redescendre vers le nord en laissant à notre droite la crête de la Raisse, un piton rocheux au sommet découpé qui fait penser à une dentelle de pierre. La descente se termine à travers les prairies qui forment une épaisse moquette végétale bien agréable pour des pieds fatigués.

Le Crêt du Rey est visible de loin, caractéristique avec son arête sud découpée. Le sentier monte par le nord-est. Derrière, le Mont Blanc domine le paysage.Le Crêt du Rey est visible de loin, caractéristique avec son arête sud découpée. Le sentier monte par le nord-est. Derrière, le Mont Blanc domine le paysage.Le Crêt du Rey est visible de loin, caractéristique avec son arête sud découpée. Le sentier monte par le nord-est. Derrière, le Mont Blanc domine le paysage.
Le Crêt du Rey est visible de loin, caractéristique avec son arête sud découpée. Le sentier monte par le nord-est. Derrière, le Mont Blanc domine le paysage.Le Crêt du Rey est visible de loin, caractéristique avec son arête sud découpée. Le sentier monte par le nord-est. Derrière, le Mont Blanc domine le paysage.Le Crêt du Rey est visible de loin, caractéristique avec son arête sud découpée. Le sentier monte par le nord-est. Derrière, le Mont Blanc domine le paysage.

Le Crêt du Rey est visible de loin, caractéristique avec son arête sud découpée. Le sentier monte par le nord-est. Derrière, le Mont Blanc domine le paysage.

Le Crêt du Rey.
Du sommet la vue porte au nord sur le barrage de St Guérin, avec au fond le massif des Aravis. Plus au sud, le petit lac du Grand Gau brille dans le soleil. Plus à l'ouest, le Grand Mont et une partie des lacs de la Tempête.Du sommet la vue porte au nord sur le barrage de St Guérin, avec au fond le massif des Aravis. Plus au sud, le petit lac du Grand Gau brille dans le soleil. Plus à l'ouest, le Grand Mont et une partie des lacs de la Tempête.Du sommet la vue porte au nord sur le barrage de St Guérin, avec au fond le massif des Aravis. Plus au sud, le petit lac du Grand Gau brille dans le soleil. Plus à l'ouest, le Grand Mont et une partie des lacs de la Tempête.

Du sommet la vue porte au nord sur le barrage de St Guérin, avec au fond le massif des Aravis. Plus au sud, le petit lac du Grand Gau brille dans le soleil. Plus à l'ouest, le Grand Mont et une partie des lacs de la Tempête.

Au début la descente est un peu scabreuse mais, très vite on retrouve l'herbe de la combe sous le col et la roche de Corne Noire.Au début la descente est un peu scabreuse mais, très vite on retrouve l'herbe de la combe sous le col et la roche de Corne Noire.Au début la descente est un peu scabreuse mais, très vite on retrouve l'herbe de la combe sous le col et la roche de Corne Noire.
Au début la descente est un peu scabreuse mais, très vite on retrouve l'herbe de la combe sous le col et la roche de Corne Noire.Au début la descente est un peu scabreuse mais, très vite on retrouve l'herbe de la combe sous le col et la roche de Corne Noire.Au début la descente est un peu scabreuse mais, très vite on retrouve l'herbe de la combe sous le col et la roche de Corne Noire.

Au début la descente est un peu scabreuse mais, très vite on retrouve l'herbe de la combe sous le col et la roche de Corne Noire.

Du col de Corne Noire, des panoramas vers le sud-ouest et l'est.
Du col de Corne Noire, des panoramas vers le sud-ouest et l'est.

Du col de Corne Noire, des panoramas vers le sud-ouest et l'est.

Une fois le col passé, la crête de la Raisse et une gouille bordée de linaigrettes dans une mouille.Une fois le col passé, la crête de la Raisse et une gouille bordée de linaigrettes dans une mouille.Une fois le col passé, la crête de la Raisse et une gouille bordée de linaigrettes dans une mouille.

Une fois le col passé, la crête de la Raisse et une gouille bordée de linaigrettes dans une mouille.

Publié dans Randos estivales

Commenter cet article

Henaff Gérard 27/02/2015 08:58

Merci Roger, , pour tes beaux reportages et
tes photos magnifiques !
Ton blog est un vrai régal; Bravo!

Roger 27/02/2015 11:07

Merci Gérard pour ton commentaire qui fait plaisir et incite à continuer