Crève-Tête (Adapar).

Publié le par Roger

Crève-Tête (Adapar).

A quelques kilomètres de Moutiers, dans la vallée des Bellevilles, une petite route étroite mène au barrage de la Coche. A partir du parking (1410m), nous devions monter par le sentier du Tetras-lyre qui s'oriente au sud en passant par le chalet de Lachat. Un important chantier forestier dans ce secteur a amené les organisateurs à proposer un autre itinéraire. Il longe le barrage de la Coche, vidé pour un temps afin de permettre l'installation de turbines plus performantes. Au bout débute une piste poussiéreuse en raison de la sécheresse qui sévit depuis quelques semaines. Nous la suivons un bon moment jusqu'après le troisième lacet. Un petit sentier indiqué par une pancarte s'élève alors vers la droite et serpente à travers bois. Le cheminement à l'ombre et un peu d'air évitent la surchauffe des organismes ce qui facilite grandement la progression. On rejoint ainsi, cerné par une clairière magnifiquement couverte d'épilobes, la cabane du Pas de Pierre Larron vers 1770m. Le cheminement se poursuit avec quelques passages contraignants pour les mollets, jusqu'à Longecha à 2030m. Une prairie parsemée de rochers succède aux sous-bois. La végétation y est dense et elle rassemble une grande quantité d'espèces de fleurs. On progresse ainsi vers la crête qui ménage quelques passages un peu acrobatiques. Le sommet de Crève-Tête (2342m) est alors en vue (photo ci-dessus), avec sa croix sommitale et des pentes où sont installés des gazex (de gros tuyaux qui, par le souffle d'explosions, permettent de déclencher des avalanches afin de sécuriser les zônes en contrebas). Le sommet est à notre portée. Il est très fréquenté en cette période de vacances et à la veille d'un trail important. On peut y observer un panorama un peu brumeux sur les vallée des Avanchers et des Bellevilles, le col de la Madeleine, les crêtes découpées de la Lauzière...

La descente s'effectue par le même itinéraire.

Au départ le barrage de la Coche est vide. Au pas de Pierre Larron, une vallée brumeuse et, plus loin, un campement enveloppé par un parterre d'épilobes.Au départ le barrage de la Coche est vide. Au pas de Pierre Larron, une vallée brumeuse et, plus loin, un campement enveloppé par un parterre d'épilobes.Au départ le barrage de la Coche est vide. Au pas de Pierre Larron, une vallée brumeuse et, plus loin, un campement enveloppé par un parterre d'épilobes.
Au départ le barrage de la Coche est vide. Au pas de Pierre Larron, une vallée brumeuse et, plus loin, un campement enveloppé par un parterre d'épilobes.

Au départ le barrage de la Coche est vide. Au pas de Pierre Larron, une vallée brumeuse et, plus loin, un campement enveloppé par un parterre d'épilobes.

A Longecha on a quitté le sous-bois pour une prairie et des rochers.A Longecha on a quitté le sous-bois pour une prairie et des rochers.A Longecha on a quitté le sous-bois pour une prairie et des rochers.

A Longecha on a quitté le sous-bois pour une prairie et des rochers.

Après un court passage escarpé le sommet n'est plus très loin.Après un court passage escarpé le sommet n'est plus très loin.Après un court passage escarpé le sommet n'est plus très loin.

Après un court passage escarpé le sommet n'est plus très loin.

D'en haut on est face à Cheval Noir. Dans la pente un gazex avec sa station de commande.D'en haut on est face à Cheval Noir. Dans la pente un gazex avec sa station de commande.D'en haut on est face à Cheval Noir. Dans la pente un gazex avec sa station de commande.

D'en haut on est face à Cheval Noir. Dans la pente un gazex avec sa station de commande.

Un panorama sur la vallée des Avanchers avec, au fond, la chaîne de la Lauzière.

Un panorama sur la vallée des Avanchers avec, au fond, la chaîne de la Lauzière.

C'est la descente.C'est la descente.C'est la descente.
C'est la descente.

C'est la descente.

Publié dans Randos estivales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article