Le tour des Fiz.

Publié le par Roger

La pointe du Dérochoir.
La pointe du Dérochoir.

Une randonnée de deux jours en Haute Savoie, en partant du lac Vert (1269 m) que l'on rejoint par le plateau d'Assy et Plaine Joux et qui, bien sûr, doit son nom à la couleur de ses eaux où se reflètent les épicéas qui le bordent. Vers le nord-est, une piste puis un sentier en forêt nous amènent en une vingtaine de minutes au gîte du Châtelet d'Ayères (1418 m) d'où l'on peut voir la chaîne du Mont Blanc en partie masquée par la brume qui le recouvre. On suit alors par la gauche le chemin qui s'élève entre forêts et clairières en direction du Dérochoir, imposante falaise au sud des Fiz. Après la traversée du hameau d'Ayères des Pierrières (1641 m), la progression s'oriente vers le nord-ouest dans un vaste pierrier, longe l'a-pic, se faufile dans un long chaos formé de rochers et de pointes acérées. Au pied du mur enfin débute le passage du Dérochoir et on se demande bien comment on va pouvoir franchir cette verticale et parvenir sur la crête. En fait une succession de grosses cordes usées par les intempéries, des barreaux métalliques déformés par les chutes de rochers, des marche-pieds ancrés dans la paroi, des échelles, facilitent la progression et lui confèrent un aspect ludique. A 2200 m on découvre à gauche la pointe du Dérochoir et le col de la Portette qui ouvre sur le désert de Platée. A droite c'est le Marteau et les pointes d'Ayères sur le versant ouest des rochers des Fiz. Au nord, une large combe descend en cône vers les chalets et le refuge de Sales (1877 m) que l'on aperçoit en contrebas, au bout du Grand Pré. Une série de chalets en bois construits à peu près sur le même modèle constitue un agréable lieu de villégiature. Un peu plus loin on s'engage dans un long et étroit défilé, les gorges de Sales, où s'écoule le torrent du même nom qui, tantôt se perd sous les pierriers, tantôt jaillit en cascades. Au bord du chemin on peut rencontrer des bouquetins peu farouches, surtout des étagnes avec leurs petits. A 1428 m on quitte le chemin qui va vers Sixt-Fer-à-Cheval pour contourner à droite le bout des Fiz dominé par la pointe de Sales et grimper jusqu'au collet d'Anterne (1796 m). Il reste 35 minutes de descente, de traversée d'une zône marécageuse due à la résurgence des eaux du lac d'Anterne et d'une courte remontée pour parvenir au refuge Alfred Wills (1810 m), au centre des chalets cernés par des prairies peuplées d'un important troupeau de brebis.

Le refuge porte le nom d'un magistrat britannique passionné de montagne qui s'était installé à Sixt-Fer-à-Cheval entre la fin du XIXème et le début du XXème siècle. L'hébergement offre un confort rudimentaire, des sanitaires à l'extérieur. De nombreuses consignes, parfois savoureuses, sont affichées sur les murs, précisant les règles à respecter. Cependant l'accueil par un gardien népalais y est fort sympathique.

Le lendemain matin un ciel dégagé permet d'admirer la face est de la chaîne des Fiz. Le sentier (GR5), monte vers le sud-est à 2089 m d'où l'on découvre plus bas le lac d'Anterne. La marche se poursuit vers le col d'Anterne (2257 m) où s'ouvre de nouveau un panorama sur le Mt Blanc. 250 mètres plus bas c'est le refuge de Moëde Anterne que nous quittons pour aller longer les lacs du Laouchet puis de Pormenaz (1940 m). Après le pique-nique dans ce lieu assez fréquenté par des randonneurs nous prenons le sentier de la Chorde pour descendre le long d'une barre rocheuse escarpée équipée de nombreuses chaînes, de cale-pieds, d'échelles métalliques. A partir des chalets du Souay (1569 m) une piste nous ramène au Chatelet d'Ayères puis au lac Vert.

Le lac Vert et le gîte du Chatelet. Le Mont-Blanc est en partie masqué.Le lac Vert et le gîte du Chatelet. Le Mont-Blanc est en partie masqué.Le lac Vert et le gîte du Chatelet. Le Mont-Blanc est en partie masqué.

Le lac Vert et le gîte du Chatelet. Le Mont-Blanc est en partie masqué.

Ayères des Rocs et Ayères des Pierrières sous le Dérochoir et face au Mont-Blanc.Ayères des Rocs et Ayères des Pierrières sous le Dérochoir et face au Mont-Blanc.Ayères des Rocs et Ayères des Pierrières sous le Dérochoir et face au Mont-Blanc.

Ayères des Rocs et Ayères des Pierrières sous le Dérochoir et face au Mont-Blanc.

Une progression difficile parmi les blocs de rochers.Une progression difficile parmi les blocs de rochers.Une progression difficile parmi les blocs de rochers.

Une progression difficile parmi les blocs de rochers.

Au pied du mur...La falaise du Dérochoir et le parcours pour rejoindre la crête.Au pied du mur...La falaise du Dérochoir et le parcours pour rejoindre la crête.Au pied du mur...La falaise du Dérochoir et le parcours pour rejoindre la crête.
Au pied du mur...La falaise du Dérochoir et le parcours pour rejoindre la crête.Au pied du mur...La falaise du Dérochoir et le parcours pour rejoindre la crête.Au pied du mur...La falaise du Dérochoir et le parcours pour rejoindre la crête.

Au pied du mur...La falaise du Dérochoir et le parcours pour rejoindre la crête.

La pointe du Dérochoir, le bout du désert de Platée et la combe vers les chalets de Sales.

La pointe du Dérochoir, le bout du désert de Platée et la combe vers les chalets de Sales.

Au Grand Pré, des lapiaz,une gouille, une fontaine creusée dans le roc en 1869, les chalets de Sales et une marmotte grassouillette, prête à supporter l'hiver.Au Grand Pré, des lapiaz,une gouille, une fontaine creusée dans le roc en 1869, les chalets de Sales et une marmotte grassouillette, prête à supporter l'hiver.Au Grand Pré, des lapiaz,une gouille, une fontaine creusée dans le roc en 1869, les chalets de Sales et une marmotte grassouillette, prête à supporter l'hiver.
Au Grand Pré, des lapiaz,une gouille, une fontaine creusée dans le roc en 1869, les chalets de Sales et une marmotte grassouillette, prête à supporter l'hiver.Au Grand Pré, des lapiaz,une gouille, une fontaine creusée dans le roc en 1869, les chalets de Sales et une marmotte grassouillette, prête à supporter l'hiver.Au Grand Pré, des lapiaz,une gouille, une fontaine creusée dans le roc en 1869, les chalets de Sales et une marmotte grassouillette, prête à supporter l'hiver.

Au Grand Pré, des lapiaz,une gouille, une fontaine creusée dans le roc en 1869, les chalets de Sales et une marmotte grassouillette, prête à supporter l'hiver.

Dans les gorges de Sales.Dans les gorges de Sales.Dans les gorges de Sales.
Dans les gorges de Sales.Dans les gorges de Sales.Dans les gorges de Sales.

Dans les gorges de Sales.

Au refuge Alfred Wills.Au refuge Alfred Wills.Au refuge Alfred Wills.

Au refuge Alfred Wills.

La pointe de Sales, les chalets d'Anterne, les Fiz.La pointe de Sales, les chalets d'Anterne, les Fiz.La pointe de Sales, les chalets d'Anterne, les Fiz.

La pointe de Sales, les chalets d'Anterne, les Fiz.

La face est des Fiz.

La face est des Fiz.

Une nouvelle marmotte dodue non loin du lac d'Anterne.Une nouvelle marmotte dodue non loin du lac d'Anterne.Une nouvelle marmotte dodue non loin du lac d'Anterne.

Une nouvelle marmotte dodue non loin du lac d'Anterne.

Depuis le col, la pointe d'Anterne, un étrange animal dans la prairie et, dans la descente, quelques brebis.Depuis le col, la pointe d'Anterne, un étrange animal dans la prairie et, dans la descente, quelques brebis.Depuis le col, la pointe d'Anterne, un étrange animal dans la prairie et, dans la descente, quelques brebis.

Depuis le col, la pointe d'Anterne, un étrange animal dans la prairie et, dans la descente, quelques brebis.

Le lac du Laouchet en haut et de Pormenaz en bas.Le lac du Laouchet en haut et de Pormenaz en bas.Le lac du Laouchet en haut et de Pormenaz en bas.
Le lac du Laouchet en haut et de Pormenaz en bas.Le lac du Laouchet en haut et de Pormenaz en bas.Le lac du Laouchet en haut et de Pormenaz en bas.

Le lac du Laouchet en haut et de Pormenaz en bas.

Dans la descente par la Chorde.Dans la descente par la Chorde.Dans la descente par la Chorde.

Dans la descente par la Chorde.

Vers les chalets du Souay, une scène bucolique. Un dernier regard sur le Dérochoir.Vers les chalets du Souay, une scène bucolique. Un dernier regard sur le Dérochoir.Vers les chalets du Souay, une scène bucolique. Un dernier regard sur le Dérochoir.

Vers les chalets du Souay, une scène bucolique. Un dernier regard sur le Dérochoir.

Publié dans Randos estivales

Commenter cet article