La Tournette (2351 m).

Publié le par Roger

Le "fauteuil".
Le "fauteuil".

La Tournette, qui domine le lac d'Annecy, est le plus haut sommet du massif des Bornes. C'est un de ces lieux très appréciés des annéciens qui se pressent sur ses pentes dès qu'un rayon de soleil pointe le bout de son nez. En ce samedi de novembre il fait un temps superbe avec un ciel bien dégagé. Depuis Montmin, vers le nord, une petite route puis une piste conduisent au chalet de l'Aulp à 1424 mètres. C'est de là que part le sentier en direction de l'ouest et, avec l'arrivée d'un groupe d'étudiants, il y a déjà du monde sur les rangs. En dessous de nous le lac d'Annecy qui nous accompagnera jusqu'au bout. La pente est soutenue avec un passage terreux dans les prairies alpines puis rocailleux qui serpente plus ou moins le long d'une crête pour atteindre un peu plus haut des ressauts rocheux. On va les longer un moment au dessus de lapiaz et parvenir au chalet du Casset. Sans aller vers le refuge de la Tournette que l'on voit un peu en contrebas, on s'engage à gauche dans la pente sous le col du Varo (2151 m). Certains passages sont difficiles et parfois sécurisés par des barres ou des chaînes. Il faut souvent utiliser les mains pour progresser. On débouche finalement sur le col, dans une prairie où des parapentistes s'apprêtent à décoller. Au dessus de la crête herbeuse des groupes affrontent déjà les rochers sous le sommet. C'est un dédale de passages pas toujours repérables. Certains sont équipés, d'autres impliquent quelques pas d'escalade. La roche est souvent patinée par l'intense frottement des chaussures. Nous parvenons ainsi au pied du "fauteuil", cet énorme bloc calcaire qui semble inaccessible. En le contournant on découvre une cheminée équipée de chaînes qui comporte quelques marches taillées dans la pierre. Il faut attendre un long moment pour l'affronter car il est presque impossible de s'y croiser et nombreux sont ceux qui veulent monter ou descendre. En haut de ce goulet, deux échelles métalliques amènent au sommet. Le panorama est très large et, comme le temps est clair, la vue porte très loin à 360°.

Pour redescendre, une fois revenus au col du Varo, on s'engage vers le sud par un chemin qui va contourner une barre rocheuse puis vers le nord-ouest en direction du refuge de la Tournette. C'est en fait l'itinéraire le moins difficile qui est le plus souvent pratiqué par les randonneurs. Au dessus du refuge on retrouve le chalet du Casset et le sentier du matin, rocailleux puis terreux, qui nous ramène au chalet de l'Aulp.

Je n'ai pas évoqué dans cet article la présence des bouquetins qui, peu sauvages, contribuent à l'attrait qu'exerce cette rando. En fait nous n'en avons rencontré aucun. J'en avais vu quelques années auparavant vers le Charvet en partant de Montmin. Le manque d'équipement pour franchir un névé peu engageant nous avait alors dissuadé rejoindre la Tournette.

Au matin, le massif et déjà nombre de randonneurs. Le lac d'Annecy émerge peu à peu de l'ombre.Au matin, le massif et déjà nombre de randonneurs. Le lac d'Annecy émerge peu à peu de l'ombre.Au matin, le massif et déjà nombre de randonneurs. Le lac d'Annecy émerge peu à peu de l'ombre.

Au matin, le massif et déjà nombre de randonneurs. Le lac d'Annecy émerge peu à peu de l'ombre.

Un sentier rocailleux qui monte le long de la crête. La vue s'élargit et l'on parvient au chalet du Casset.Un sentier rocailleux qui monte le long de la crête. La vue s'élargit et l'on parvient au chalet du Casset.Un sentier rocailleux qui monte le long de la crête. La vue s'élargit et l'on parvient au chalet du Casset.

Un sentier rocailleux qui monte le long de la crête. La vue s'élargit et l'on parvient au chalet du Casset.

Un panorama sur le lac.

Un panorama sur le lac.

Un parcours en rochers va aboutir au col du Varo.Un parcours en rochers va aboutir au col du Varo.Un parcours en rochers va aboutir au col du Varo.

Un parcours en rochers va aboutir au col du Varo.

Du col du Varo, l'envol des parapentes.Du col du Varo, l'envol des parapentes.Du col du Varo, l'envol des parapentes.

Du col du Varo, l'envol des parapentes.

Une barre rocheuse à franchir. Il reste quelques traces des dernières chutes de neige.Une barre rocheuse à franchir. Il reste quelques traces des dernières chutes de neige.Une barre rocheuse à franchir. Il reste quelques traces des dernières chutes de neige.

Une barre rocheuse à franchir. Il reste quelques traces des dernières chutes de neige.

Une chaîne et des échelles pour grimper sur le "fauteuil".Une chaîne et des échelles pour grimper sur le "fauteuil".Une chaîne et des échelles pour grimper sur le "fauteuil".

Une chaîne et des échelles pour grimper sur le "fauteuil".

Au sommet, une vue très large.Au sommet, une vue très large.Au sommet, une vue très large.

Au sommet, une vue très large.

On redescend au pied du "fauteuil".On redescend au pied du "fauteuil".On redescend au pied du "fauteuil".

On redescend au pied du "fauteuil".

Les crêtes très découpées de la Tournette. Plus bas, le refuge qu'observent les gros yeux du rocher.Les crêtes très découpées de la Tournette. Plus bas, le refuge qu'observent les gros yeux du rocher.Les crêtes très découpées de la Tournette. Plus bas, le refuge qu'observent les gros yeux du rocher.

Les crêtes très découpées de la Tournette. Plus bas, le refuge qu'observent les gros yeux du rocher.

Un dernier regard sur le refuge de la Tournette, le chalet du Casset et les Dents de Lanfon.Un dernier regard sur le refuge de la Tournette, le chalet du Casset et les Dents de Lanfon.Un dernier regard sur le refuge de la Tournette, le chalet du Casset et les Dents de Lanfon.

Un dernier regard sur le refuge de la Tournette, le chalet du Casset et les Dents de Lanfon.

Quelques années auparavant nous avions pu observer des bouquetins.Quelques années auparavant nous avions pu observer des bouquetins.Quelques années auparavant nous avions pu observer des bouquetins.

Quelques années auparavant nous avions pu observer des bouquetins.

Publié dans Randos estivales

Commenter cet article