Lancebranlette (2936 m.) -Adapar

Publié le par Roger

Au sommet, une vue sur le Mont Blanc.
Au sommet, une vue sur le Mont Blanc.

Cette randonnée trouve son point de départ au col du Petit Saint Bernard, à 2153 mètres, à proximité de l'ancien hospice. D'après la légende, sans doute moins crédible dans ses détails que la vérité historique, mais tellement plus imagée, le jeune Bernard menait une vie pieuse mais dorée, promise à un bel avenir, dans le château familial de Menthon, près du lac d'Annecy. Ses parents avaient décidé de le marier contre son gré à une charmante jeune fille de bonne famille. La veille de la cérémonie, enfermé dans sa chambre, il se jeta par la fenêtre. C'était très haut, mais deux anges apparurent qui le portèrent en douceur jusqu'au sol. Il devint alors un prédicateur très apprécié.

Pour en revenir au col, depuis l'Antiquité il servait de passage entre la vallée d'Aoste et la Tarentaise. Il était devenu un repaire de brigands qui profitèrent largement de ce passage obligé pour des voyageurs et des marchandises. L'archidiacre d'Aoste, Bernard de Menthon, y rétablit la sécurité, d'où son nom. L'hospice devint plus tard une ressource pour les voyageurs égarés dans la neige que des chiens, devenus célèbres, aidaient à retrouver et à réconforter.

Et Lancebranlette dans tout cela ? Le mot viendrait du patois "lanche", désignant un pâturage en pente et "branletta"... je crois distinguer sur votre visage un oeil égrillard et un sourire entendu... mais non, il s'agit tout simplement d'une ciboulette sauvage qui y pousse, et dont une photo figure plus bas.

Depuis le col, vers l'ouest, le sentier va traverser le torrent du Reclus puis s'élever dans des prairies en fleurs. On pouvait y rencontrer, entre autres, des gentianes pourpres ou ponctuées. des asters, des campanules, des orchis vanille, de l'arnica...pour n'en citer que quelques unes. Il y avait même deux marmottes qui jouaient ensemble, mais trop vives pour un appareil photo plutôt lent. A la première intersection, on laisse à gauche le chemin du lac Sans Fond pour s'engager le long d'une arête ciselée par l'érosion et une pente raide formée de terre et de dalles plus ou moins décomposées. Pour franchir ce ressaut, un sentier en lacets étayé par des traverses en bois, constitue une aide appréciable. Nous y rencontrons une fillette de 7 ou 8 ans qui tente en vain de gravir directement la pente instable. Nous l'aidons à revenir sur le sentier en maudissant l'inconscience des parents qui, plus haut, poursuivaient tranquillement leur chemin. De nouveau dans la prairie, la lanche, le sentier sinue jusqu'à l'arête sommitale. Une table d'orientation renseigne sur les sommets, tant du versant français qu'italien, dont le Mont Blanc, quelques apparitions du Cervin, le Mont Pourri ... Un peu plus haut, sur un rocher escarpé, un cairn marque le véritable sommet.

Une collation plus tard à l'abri du vent et c'est la descente par le même chemin jusqu'à l'intersection pour le lac Sans Fond que nous allons rejoindre et contourner. La vue y est saisissante sur le roc de Belleface, le sommet des Rousses, Lancebranlette, le Mont Pourri. Des névés, dont un en arc de cercle au bord du lac, émaillent le paysage. Le retour s'effectue par un autre sentier jusqu'au parking de la Baraque des Douaniers, juste en contrebas du col, où nous attend le car.

L'hospice et la statue de Saint Bernard. Du col on voit le sommet de Lancebranlette. Depuis les pentes herbeuses, le roc de Belleface.L'hospice et la statue de Saint Bernard. Du col on voit le sommet de Lancebranlette. Depuis les pentes herbeuses, le roc de Belleface.L'hospice et la statue de Saint Bernard. Du col on voit le sommet de Lancebranlette. Depuis les pentes herbeuses, le roc de Belleface.

L'hospice et la statue de Saint Bernard. Du col on voit le sommet de Lancebranlette. Depuis les pentes herbeuses, le roc de Belleface.

La rencontre d'une marmotte curieuse. Au dessus des asters la pente en forme d'arête.La rencontre d'une marmotte curieuse. Au dessus des asters la pente en forme d'arête.La rencontre d'une marmotte curieuse. Au dessus des asters la pente en forme d'arête.

La rencontre d'une marmotte curieuse. Au dessus des asters la pente en forme d'arête.

Le groupe s'engage dans le ressaut rocheux. Francis aide une petite fille à se sortir d'un mauvais pas.Le groupe s'engage dans le ressaut rocheux. Francis aide une petite fille à se sortir d'un mauvais pas.Le groupe s'engage dans le ressaut rocheux. Francis aide une petite fille à se sortir d'un mauvais pas.

Le groupe s'engage dans le ressaut rocheux. Francis aide une petite fille à se sortir d'un mauvais pas.

Le lac Sans Fond vu de haut et la pente en contrebas. Un premier aperçu du Mont Blanc.Le lac Sans Fond vu de haut et la pente en contrebas. Un premier aperçu du Mont Blanc.Le lac Sans Fond vu de haut et la pente en contrebas. Un premier aperçu du Mont Blanc.

Le lac Sans Fond vu de haut et la pente en contrebas. Un premier aperçu du Mont Blanc.

Panorama des sommets de Tarentaise.

Panorama des sommets de Tarentaise.

Le cairn qui marque le sommet escarpé. Le lac Verney du côté italien. Une touffe de "branletta".Le cairn qui marque le sommet escarpé. Le lac Verney du côté italien. Une touffe de "branletta".Le cairn qui marque le sommet escarpé. Le lac Verney du côté italien. Une touffe de "branletta".

Le cairn qui marque le sommet escarpé. Le lac Verney du côté italien. Une touffe de "branletta".

Un parterre de fleurs vers le lac Sans Fond, bordé par un névé en forme d'arc.Un parterre de fleurs vers le lac Sans Fond, bordé par un névé en forme d'arc.Un parterre de fleurs vers le lac Sans Fond, bordé par un névé en forme d'arc.

Un parterre de fleurs vers le lac Sans Fond, bordé par un névé en forme d'arc.

On contourne le lac Sans Fond sous Lancebranlette. Derrière un névé, le Mont Pourri.On contourne le lac Sans Fond sous Lancebranlette. Derrière un névé, le Mont Pourri.On contourne le lac Sans Fond sous Lancebranlette. Derrière un névé, le Mont Pourri.

On contourne le lac Sans Fond sous Lancebranlette. Derrière un névé, le Mont Pourri.

Pour rejoindre le car on traverse le torrent et des névés avant de s'enfoncer dans la vallée.Pour rejoindre le car on traverse le torrent et des névés avant de s'enfoncer dans la vallée.Pour rejoindre le car on traverse le torrent et des névés avant de s'enfoncer dans la vallée.

Pour rejoindre le car on traverse le torrent et des névés avant de s'enfoncer dans la vallée.

Publié dans Randos estivales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article