Le Trélod (2181 m.)

Publié le par Roger

Au sommet du Trélod.
Au sommet du Trélod.

Depuis le col du Frêne on peut voir, au dessus de Jarzy, deux sommets mythiques des Bauges qui encadrent le col de Cherel, le Trélod et l'Arcalod. Après la Compote la route nous amène à Doucy et continue de remonter vers le nord jusqu'au parking des Cornes où nous laissons une voiture pour le retour. Avec l'autre nous redescendons au chef-lieu, à la Chapelle, pour stationner près de l'église du village. Quelques centaines de mètres plus bas, juste ce qu'il faut pour s'échauffer, le hameau de Magnoux constitue pour nous, à 931 mètres d'altitude, le point de départ de cette randonnée. Nous avons choisi cet itinéraire car, peu fréquenté, c'est celui qui offre le plus de chances d'apercevoir des Chamois. Une petite route puis une piste partent vers l'est. En arrivant au bord du nant (ruisseau), alors que la piste oblique à gauche, une sorte de sentier, sans la moindre indication, suit le cours d'eau. Nous l'empruntons. Ce sera le début d'une longue errance dans une forêt très pentue où il nous semble apercevoir quelques traces de passage. Toujours dans l'espoir de croiser le bon sentier nous poursuivons en vain notre pénible progression pendant plus d'une heure. Nous décidons finalement de faire demi tour et de retrouver une ancienne piste forestière qui devrait bien nous ramener quelque part. Non loin de là nous finissons par croiser le sentier recherché, indiqué de loin en loin par des flèches rouges. En fait, dès le début, nous aurions dû continuer sur la première piste qui devait déboucher sur le bon itinéraire. Le sentier serpente dans la forêt et finit par atteindre une clairière sous les falaises du massif. Il s'oriente ensuite vers le sud en longeant la paroi rocheuse. Il devient alors plus escarpé en une sorte de vire qui traverse en s'élevant une cascade presque à sec. Il vaut mieux ne pas être sujet au vertige. De l'autre côté, un chemin terreux rendu glissant par la pluie de la veille va nous amener sur une prairie herbeuse sous la Dent de Pleuven. La montée jusqu'à la crête, dans de hautes herbes, est assez rude pour le souffle et les jambes, et ce n'est pas fini ! Une autre crête encore plus raide nous fait grimper vers le nord jusqu'à une troisième qui, vers l'est, va rejoindre un ressaut rocheux jusqu'à l'arête qu'il va falloir suivre pour parvenir au sommet. La progression est laborieuse mais dans un paysage à couper le souffle. Il faut escalader des blocs de rochers en se servant des mains, presque ramper dans des failles tout en suivant un vague itinéraire balisé par quelques cairns dont certains indiquent des directions différentes. C'est enfin le sommet marqué par une croix en fer forgé et un point géodésique (dont la position a été déterminée avec précision par triangulation et qui servait ainsi de référence pour situer tout autre point dans le paysage). Une vue à 360° couvre un nombre impressionnant de sommets, tant dans les Bauges que dans les Aravis, les Bornes, le Beaufortain, la Chartreuse, le massif du Mont Blanc... et bien d'autres encore que nous nous efforçons d'identifier au mieux.

Un casse-croute plus tard et c'est la descente par un sentier facile à repérer et à suivre qui s'oriente dans la prairie vers le nord et la Dent des Portes. On remonte alors en passant près du chalet des Gardes pendant que, dans l'alpage, sonnent les cloches des tarines. En haut de la pente deux options restent possibles : soit rejoindre directement le bas de la Dent des Portes, soit remonter un peu sur la crête et profiter du paysage à l'est. Cette dernière option me séduit davantage. Au pied de la Dent, quelques dizaines de mètres de dénivelé restent à franchir pour arriver au sommet. Malheureusement le temps nous manque et nous redescendons sur un sentier en lacets qui longe ce curieux sommet. Pour le reste du parcours, délaissant à droite la trace qui mène au chalet du Golet, nous allons à gauche jusqu'au parking en suivant une trace plus directe bien marquée et assez confortable. Finalement nous n'aurons pas rencontré de chamois.

Au départ, à Magnoux. Derrière nous, le Mont Colombier et devant, la barre rocheuse qui nous attend.Au départ, à Magnoux. Derrière nous, le Mont Colombier et devant, la barre rocheuse qui nous attend.Au départ, à Magnoux. Derrière nous, le Mont Colombier et devant, la barre rocheuse qui nous attend.

Au départ, à Magnoux. Derrière nous, le Mont Colombier et devant, la barre rocheuse qui nous attend.

A la sortie de la forêt on peut voir les premiers rochers. Un chemin escarpé longe la cascade.A la sortie de la forêt on peut voir les premiers rochers. Un chemin escarpé longe la cascade.A la sortie de la forêt on peut voir les premiers rochers. Un chemin escarpé longe la cascade.

A la sortie de la forêt on peut voir les premiers rochers. Un chemin escarpé longe la cascade.

La progression à flanc.La progression à flanc.La progression à flanc.

La progression à flanc.

Panorama sur la vallée de Doucy.

Panorama sur la vallée de Doucy.

Une longue progression dans une prairie pentue, entre le Trélod et la Dent de Pleuven.Une longue progression dans une prairie pentue, entre le Trélod et la Dent de Pleuven.Une longue progression dans une prairie pentue, entre le Trélod et la Dent de Pleuven.

Une longue progression dans une prairie pentue, entre le Trélod et la Dent de Pleuven.

Le col de Cherel, entre le Trélod et l'Arcalod.

Le col de Cherel, entre le Trélod et l'Arcalod.

Une double crête à franchir avant de se confronter au rocher.Une double crête à franchir avant de se confronter au rocher.Une double crête à franchir avant de se confronter au rocher.

Une double crête à franchir avant de se confronter au rocher.

Des passages délicats entre les rochers.Des passages délicats entre les rochers.Des passages délicats entre les rochers.

Des passages délicats entre les rochers.

On se contorsionne tout en profitant d'un paysage grandiose.On se contorsionne tout en profitant d'un paysage grandiose.On se contorsionne tout en profitant d'un paysage grandiose.

On se contorsionne tout en profitant d'un paysage grandiose.

On approche du but.On approche du but.On approche du but.

On approche du but.

Une dernière longueur, et c'est le sommet.Une dernière longueur, et c'est le sommet.Une dernière longueur, et c'est le sommet.

Une dernière longueur, et c'est le sommet.

La Sambuy et son environnement.

La Sambuy et son environnement.

Dans la descente vers la Dent des Portes. Un synclinal bien visible.Dans la descente vers la Dent des Portes. Un synclinal bien visible.Dans la descente vers la Dent des Portes. Un synclinal bien visible.

Dans la descente vers la Dent des Portes. Un synclinal bien visible.

Depuis le chalet des Gardes, des vues sur l'imposant sommet du Trélod.Depuis le chalet des Gardes, des vues sur l'imposant sommet du Trélod.Depuis le chalet des Gardes, des vues sur l'imposant sommet du Trélod.

Depuis le chalet des Gardes, des vues sur l'imposant sommet du Trélod.

La Dent des Portes depuis la crête.

La Dent des Portes depuis la crête.

En dessous de la crête et différents aspects du sommet tourmenté de la Dent.En dessous de la crête et différents aspects du sommet tourmenté de la Dent.En dessous de la crête et différents aspects du sommet tourmenté de la Dent.

En dessous de la crête et différents aspects du sommet tourmenté de la Dent.

Des formes tourmentées de la roche. Les sorbiers produisent des baies en abondance, présageant un hiver rigoureux d'après les anciens. Un dernier regard sur le Trélod, près du col du Frêne.Des formes tourmentées de la roche. Les sorbiers produisent des baies en abondance, présageant un hiver rigoureux d'après les anciens. Un dernier regard sur le Trélod, près du col du Frêne.Des formes tourmentées de la roche. Les sorbiers produisent des baies en abondance, présageant un hiver rigoureux d'après les anciens. Un dernier regard sur le Trélod, près du col du Frêne.

Des formes tourmentées de la roche. Les sorbiers produisent des baies en abondance, présageant un hiver rigoureux d'après les anciens. Un dernier regard sur le Trélod, près du col du Frêne.

Publié dans Randos estivales

Commenter cet article

HERRERO 01/12/2016 19:42

Bonsoir Roger,
Nous nous sommes rencontrés au sommet du Trelod le 13 septembre dernier, où vous nous avez expliqué les noms des sommets aux alentours.Très belle randonnée, un grand merci à vous.Nous reviendrons continuer les nombreuses randos du coin.
Corinne et Joël de Dax (Landes)

Roger 02/12/2016 13:24

Merci à Corinne et Joël pour ce sympathique commentaire. J'espère que l'on aura encore l'occasion de se croiser sur les sentiers de Savoie.
Amicalement, Roger

dunand 17/09/2016 14:17

Magnifique,à programmer pour l'adapar.