Le Chalet du Curé (1652 m.).

Publié le par Roger

Les températures glaciales annoncées par les bulletins météo n'ont pas réussi à nous refroidir. Certes il ne fait pas chaud, mais le ciel est dégagé, laissant envisager une journée bien ensoleillée. Depuis la Giettaz, dans le massif des Aravis, une petite route en haut du village part à gauche vers l'Armanaz. Au pont de Nant Parreux, à 1160 mètres, un petit parking permet de garer la voiture. Le chemin se poursuit en raquettes vers l'ouest, en passant sous le hameau de l'Armanaz, dominé par la falaise et la porte des Aravis, cette brêche qu'aurait provoquée Gargantua en donnant un coup de pied rageur dans la montagne. Un pont plus loin et le chemin devient un sentier qui s'élève en  une pente soutenue. Un skieur en peau de phoque nous avait précédé en laissant une trace bien marquée dans la neige épaisse. Nous progressons de chalet en chalet dans les prairies d'alpages avec une vue tantôt sur les Croise Baulet, tantôt sur le col des Aravis, tantôt sur la pointe de l'Etale. L'arrivée au soleil nous fait beaucoup de bien. Nous finissons par rejoindre ce que l'on devine être une piste, la route de la soif. Pour comprendre ce nom il faut la parcourir en été, du col de l'Arpettaz à celui des Aravis. On continue vers le sud, en passant par le Plan Rebord, puis vers l'est jusqu'au chalet du Curé. Ce bâtiment, couvert d'un toit à quatre pans aurait effectivement appartenu à un curé, l'abbé Balmand de Saint Nicolas la Chapelle. La vue porte loin sur la Pointe Percée, le massif du Mont Blanc, le Charvin.

Après un repas face au soleil le retour reprend à peu près le même itinéraire, le plus souvent cependant en trace directe dans la poudreuse : un vrai plaisir.

A l'Armanaz, sous la porte des Aravis. Montée dans la poudreuse.A l'Armanaz, sous la porte des Aravis. Montée dans la poudreuse.A l'Armanaz, sous la porte des Aravis. Montée dans la poudreuse.

A l'Armanaz, sous la porte des Aravis. Montée dans la poudreuse.

Chemin faisant, on croise quelques chalets d'alpage.Chemin faisant, on croise quelques chalets d'alpage.Chemin faisant, on croise quelques chalets d'alpage.

Chemin faisant, on croise quelques chalets d'alpage.

Les Envers des Aravis.

Les Envers des Aravis.

Un totem ? On domine la Burle.Un totem ? On domine la Burle.Un totem ? On domine la Burle.

Un totem ? On domine la Burle.

Au soleil vers Plan Rebord.

Au soleil vers Plan Rebord.

Sous l'Etale, un bar restaurant (fermé) au beau milieu de la route de la soif.Sous l'Etale, un bar restaurant (fermé) au beau milieu de la route de la soif.Sous l'Etale, un bar restaurant (fermé) au beau milieu de la route de la soif.

Sous l'Etale, un bar restaurant (fermé) au beau milieu de la route de la soif.

Le Régié devant le Mont Blanc. On approche du but.Le Régié devant le Mont Blanc. On approche du but.Le Régié devant le Mont Blanc. On approche du but.

Le Régié devant le Mont Blanc. On approche du but.

Les derniers mètres avant le chalet du Curé.Les derniers mètres avant le chalet du Curé.Les derniers mètres avant le chalet du Curé.

Les derniers mètres avant le chalet du Curé.

Panorama sur la chaîne des Aravis.

Panorama sur la chaîne des Aravis.

A travers les glaçons en direction du Charvin. En dessous du chalet, la Frête. On amorce la descente.A travers les glaçons en direction du Charvin. En dessous du chalet, la Frête. On amorce la descente.A travers les glaçons en direction du Charvin. En dessous du chalet, la Frête. On amorce la descente.

A travers les glaçons en direction du Charvin. En dessous du chalet, la Frête. On amorce la descente.

Toujours dans la descente jusqu'au petit pont à la rambarde couverte d'une guirlande de neige.Toujours dans la descente jusqu'au petit pont à la rambarde couverte d'une guirlande de neige.Toujours dans la descente jusqu'au petit pont à la rambarde couverte d'une guirlande de neige.

Toujours dans la descente jusqu'au petit pont à la rambarde couverte d'une guirlande de neige.

L'arrivée au parking sous l'Armanaz.

L'arrivée au parking sous l'Armanaz.

Commenter cet article